Pour peu

dessin: Bye Bye Cupidon By Mikl

Pour peu que la nuit finisse et que le soleil se lève,

Qu’un duvet de lumière inond-les arbres et leur sève,

Leur sang, c’est mon sang, leur chant, mon chant !

Sève brulante, comme l’acide, coule nonchalant

Dans la plaine de mes peines, plainte d’un roi sans reine

Royaume sulfureux où s’élèvent, souffreteux, les frênes,

De vos bois je taillerai mon arc, je planterai mes flèches,

Dans ce rejeton crétin, ce cupidon, grassouillet qui prêche

L’espoir plein son bidon, que l’amour existe pour deux

A propos manuraanana

https://manuraanana.wordpress.com/
Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s