206 ans de Fort

Deux cent six ans que le secret est bien gardé, enfoui dans un des coffres de ce fort devenu une étapes obligatoire pour les touristes. Il faut dire que mis à part son secret honteux, il a de quoi séduire et mériter le détour.  La vue de la mer des remparts devrait leur rappeler l’attente des jours et des nuits de garde, où les soldats meurent d’ennuie dans l’observation, dans l’attente. Mais qui meurent pour de bon quand les assaillants sont découverts bien souvent trop tard.

Ah ! ce que les rejetons de votre jeunesse sont insouciants dans leur plaisirs pacifiques de paix à peine centenaire. Je vous parle d’une époque révolue mais qui reviendra… La guerre revient toujours ! Elle est dans

les gènes de notre race : humain de tout les pays vous valez dans votre imagination guerrière. Mais vous, avec vos visages pâles vous êtes les pires d’entre tous !

Mais revenons à notre fort aujourd’hui les touristes me font penser à cette journée, il y a environ 7 ans ou la petite Béatrice s’était perdue… Quelle effervescence ce fut ! Des mamans en émois des papas courant partout (sans grande efficacité je m’en souvient). Parmi les policiers j’avais tout de suite senti l’un d’entre nous. Enfin, un sang mêlé, mais tout de même un des nôtres. Mais comment aurait-il pu lui me sentir ? C’est lui, en bon pisteur, qui avait retrouvé la petite qui au cours d’une partie de cache-cache était tombée dans les escaliers qui mènent au chemin de ronde, et s’était évanouie. C’est vrai qu’elle sont belles vos petites filles, avec leurs cheveux souples et dorés, comme la barbe de notre maïs ancestral.

Il en aura fallu du temps pour qu’ils digèrent que je leur ai infligé la plus sérieuse des défaites à la bataille de la Wabash, mais in fine je me demande s’ils ont oublié ou s’ils se vengent en me laissant à quelque 25 mètres sous cet apparente quiétude : rangé, fourré dans un sac… dans une lourde malle: ils gardent mon scalp!

Officiellement ils ont fait un petit mémorial coincé entre deux maisons typiquement américaines. Ils ont affirmé avoir identifié ma tombe pile cent ans après ma mort !  Mais moi Little Turtle, en attendant mon souvenir-esprit hante ce fort : symbole de guerre et de grandeur pour les vainqueurs qui ont parjuré l’histoire en nous décrivant comme des sauvages, alors que vous les « civilisés »:  Vous n’écoutez pas la nature et bientôt elle se vengera! Vous riez de nos divinités mais vous perdez les vôtres, comme vous perdez vos valeurs ! Ce n’est pas pour rien que vous avez profané la tombe de Geronimo. Et que vous me refusez la mienne.


Voici ma participation à l’Atelier d’écriture 292 de Bricabook.

 

A propos manuraanana

https://manuraanana.wordpress.com/
Cet article, publié dans Non classé, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 206 ans de Fort

  1. Ellettres dit :

    J’aime bien l’effet de surprise 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s